logo

jupfaf

some stuffs, and some others ...

ebook ('tin, il m'a eu)

Written by julien

désolé pour le jeu de mot pourri du titre

Je ne lis pas forcement beaucoup, mais régulièrement, environ un livre par mois, aux toilettes (the place to read), dans les transports (même si je ne les prends plus très souvent), avant de dormir, en mangeant le midi, ... Je lis principalement de la fantaisie (Terry Pratchett powaa!), pas trop de science-fiction par contre, même si les deux genres sont souvent mis ensemble dans certaines librairies, des romans, plutôt historiques, je crois que j'ai retenu plus de choses de l'histoire de France avec les rois maudits et les trois mousquetaires par exemple qu'avec les cours barbants de ma scolarité, et des policiers.

Il y a quelques années, lorsque j'ai commencé à ne plus avoir de place pour stocker mes livres, je suis passé à la liseuse électronique. J'aurai pu donner mes livres ou autres, mais il y a quand même une petite valeur sentimentale derrière, et la liseuse, ça me permettait d'avoir des nouveaux livres et de garder les anciens. Bon, mes livres ne m'ont pas suivi dans mon changement de pays, donc, j'aurai vraiment pu les donner :). Je me souviens avoir eu une petite appréhension pour le passage du papier à la liseuse, finalement, ça s'est fait sans trop de problèmes, et au fur à mesure de l'utilisation, on découvre des avantages, comme le dictionnaire intégré, le retro éclairage pour lire même quand il fait sombre dans le bus, de pouvoir avoir directement le livre suivant quand on finit celui en cours dans ce même bus mal éclairé. Il y a quelques inconvénients aussi, plutôt dus au store pour le coup, comme les DRMs sur les livres qui, comme tous DRMs, sont là juste pour faire chier l'utilisateur honnête ... heureusement, Calibre, le logiciel à tout faire quand on a une liseuse, permet de se dépatouiller de tout ça. J'ai aussi un peu de mal à comprendre pourquoi une version électronique d'un livre est plus chère qu'une version papier, c'est pas comme s'ils devaient en imprimer un exemplaire à chaque fois. Au final, on s'y fait rapidement à la liseuse, je regrette juste de ne plus aller dans une librairie pour l'achat ou la commande d'un livre, j'aimais bien ce moment pour discuter avec le libraire qui propose des ouvrages auxquels on a pas forcement pensé.

Et un jour, un livre papier vous est offert, et là, c'est le drame!

Au début, on se dit cool, ça fait longtemps, et, comme je lis en anglais maintenant histoire d’améliorer mon vocabulaire (et le flying spaghetti monster sait qu'il en a besoin), vient le moment où j'ai tenté de laisser mon doigt appuyé sur le mot pour faire apparaître le dictionnaire ... bizarrement, ça n'a pas fonctionné, puis le moment de manger, et le livre qui se ferme tout seul dès que je n'ai plus ma main dessus, et il n'y a pas le retro éclairage non plus, c'est moins pratique pour ne pas déranger ma mie qui tente de dormir a coté la nuit. C'est quand même sympathique de ravoir un livre papier, de sentir les pages se tourner et de sentir physiquement qu'on progresse dans la lecture, mais après toutes ces années, je pense que je suis passé du côté électronique de la lecture.